taxe sur épargne

Une prochaine taxe sur l’epargne ?

Afin de régler les problèmes de dette des pays développés, une proposition vient récemment d’être lancée par le FMI, qui est celle d’instaurer une taxe sur l’épargne. Pour l’instant, cela ne constitue encore qu’une simple idée mais qui ne reste pas négligeable.

Les arguments avancés par le Fonds Monétaire International

Face à la réalité de la dette mondiale, le FMI a avancé un projet particulièrement ambitieux. Il a, en effet, proposé une taxe  à taux unique sur l’épargne privée afin de réduire le taux devenu inquiétant de la dette. Si jusque-là aucune mesure efficace n’a été prise, le projet lancé semble intéressant. Cependant, il ne constitue à l’heure actuelle qu’une simple proposition car aucun décret n’est encore envisagé.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde ainsi que ses collaborateurs restent persuader que cette idée de ponctionner 10% de l’épargne lors d’un prélèvement unique peut être la solution adéquate. Les économies contributrices pourront afficher une réduction importante au même niveau que le bilan présenté en 2007. Selon les estimations, 700 milliards d’euros pourraient être économisés, avec une ponction de 1 000€ pour un livret A accrédité de 10 000€.

Les possibles inconvénients rattachés à l’idée

monnaie

Si dans certains pays comme l’Italie et le Chypre où cette taxe sur l’épargne a déjà été appliquée, deux avantages ont été enregistrés. Le premier est que la taxe a permis de garantir une contribution égalitaire et universelle. Le deuxième est qu’elle n’a aucune incidence sur le système financier car son application se base sur l’usage des capitaux concrets et dormants. Toutefois, il serait imprudent de négliger les risques qui sont rattachés à cette taxe sur l’épargne. L’un d’eux est, par exemple, le danger de subir une fuite massive de capitaux des contributeurs non coopératifs. Par ailleurs, chaque gouvernement qui décide d’appliquer la ponction sur l’épargne devrait garantir que le prélèvement ne se déroule qu’une seule fois, sous peine de mettre le pays dans une crise sociale non négligeable..

Leave A Comment