manifestations

Mécontents, les patrons défilent dans la rue

A Paris et à Toulouse des manifestations ont eu lieu et pour la première fois depuis 15 ans, les manifestants ne sont pas constitués de salariés en colère, mais de chefs d’entreprise. Menés par le Président des petites et moyennes entreprises, Jean-François Roubaud, ces derniers ont défilé pour contrer certaines mesures prises par le ministère de l’économie.

Les manifs

Les rues de la capitale et de la ville rose ont été assiégées par des chefs d’entreprise en colère, dernièrement. Ce défilé organisé à l’encontre de la politique économique trop restrictive de la France, est une ouverture à une semaine de mobilisation.

D’après les manifestants et le Président des petites et moyennes entreprises, la politique mise en place dans l’Hexagone depuis une trentaine d’année, a complètement bridée l’économie et a mis les patrons dans une situation peu favorable au développement de leur entreprise.

Les chiffres concernant les manifestants diffèrent grandement, en fonction de la source. Selon Jean-François Roubaud, le président de la CGPME, ils étaient 6 000 à Paris et 4 000 à Toulouse.

D’autre part, les forces de police chargées de faire régner ‘ordre durant les défilés ont annoncé 2 200 manifestants dans la capitale et 2 000 à Toulouse.

Quoi qu’il en soit, les participants à ce mouvement ont redoublé de créativité pour faire comprendre au ministère de l’économie, leur situation. Dans la ville rose, certains chefs d’entreprise ont fait semblant d’être enchaînés devant la préfecture de Haute-Garonne.

A Paris, les patrons ont transporté des pancartes classiques sur lesquelles des phrases plus ou moins éloquentes ont été inscrites. Certaines pancartes ont voulu attirer l’attention des autorités en dévoilant le nombre d’entreprises qui disparaissent en une heure. La véracité de ces informations reste toutefois à prouver.

Les vraies raisons des manifestations

patrons mécontentsLes manifestations des chefs d’entreprise ont eu pour objectif de supprimer sans condition trois mesures à savoir : l’entrée en vigueur du compte pénibilité, le pacte de responsabilité et la hausse des charges des entreprises.

Concernant le compte de pénibilité, les manifestants estiment qu’un tel dispositif est tout simplement inadéquat pour les PME. En effet, celles-ci ne pourront jamais vérifier les différents critères de pénibilité.

Le pacte de responsabilité quant à lui, permettrait bien entendu, de réduire fortement les taxes, mais en contrepartie d’embauches et d’investissement. Pour le président de la CGPME, cette mesure est une fois de plus, inadaptée aux PME..

Leave A Comment