Pas d'ecotaxe sans consensus

Jean-Marc Ayrault : Pas d’écotaxe sans consensus

En déplacement à Rennes, Bretagne, pour signer vendredi le « pacte d’avenir » pour la région, le premier ministre Jean-Marc Ayrault a mis les points sur la suspension de l’écotaxe.

« L’écotaxe reviendra s’il y a un consensus »

Dans son intervention sur France Bleu Armorique, Jean-Marc Ayrault a indiqué clairement que la mise en place d’un consensus serait l’unique moyen pour l’application de l’écotaxe. Cette initiative du gouvernement confirme l’étude portée par le parlement pour la réforme de l’écotaxe. En effet, M. Ayrault a indiqué avoir proposé à l’Assemblée nationale de trouver des solutions sur l’application de l’écotaxe.

Pour rappel, l’écotaxe est une taxe sur les poids lourds, les camions de plus de 3,5 tonnes, pour financer des infrastructures plus respectueuses de l’environnement. Mais suite à une véritable révolte dans le Finistère, des entreprises en Bretagne qui se sentaient particulièrement touchées, le gouvernement a été contraint de suspendre son application initialement prévue pour le 1er janvier 2014. « Cherchons ensemble la voie qui permettra d’investir dans les infrastructures de transport ferroviaires et routières », a conclu Jean-Marc Ayrault.

Pacte d’avenir pour soutenir l’économie régionale

Jean Marc AyraultDans son intervention, Jean-Marc Ayrault a aussi évoqué le « Pacte d’avenir ». Préparé par le gouvernement, le document a été voté jeudi par les élus du Conseil régional de Bretagne. Le premier ministre signera vendredi le « pacte d’avenir » avec ses ministres à l’Ecole nationale de la santé de Rennes.

Après les revendications et les manifestations des « bonnets rouges » ces dernières semaines, le gouvernement a voulu tendre la main à la Bretagne en prévoyant des crédits de plus de deux milliards d’euros entre la période de 2014 à 2020. Ce plan de redressement de 88 pages prévoit des mesures d’urgence pour les employés touchés par les restructurations et un plan de soutien pour l’économie régionale.

A cet effet, le premier ministre prévoit de débloquer 15 millions d’euros pour sortir le secteur agroalimentaire de la crise..

Leave A Comment