La Banque centrale européenne envisage de réduire les rachats de dettes publiques et privées

Le 26 octobre, la Banque centrale européenne a dévoilé les modalités concernant la baisse des soutiens à l’économie. Cette mesure devrait prendre effet dès le début de l’année 2018.

Un changement dont les effets restent encore inconnus

Dans l’optique de retrouver le fonctionnement normal de sa politique monétaire, la Banque centrale européenne a programmé la baisse des rachats de dettes publiques et privées, pour l’année 2018.

Cette nouvelle mesure, dont les modalités ont été dévoilées le 26 octobre, ne devrait pas être sans effet selon Jean-François Robin de Natixis. D’après lui, les marchés habitués aux aides de la BCE vont devoir faire face à un véritable “saut vers l’inconnu”, après son application.

Pour l’instant, les effets de cette baisse des soutiens à l’économie restent encore inconnus. Cependant, elle devrait apporter son lot de désagréments à certaines structures privées et publiques européennes.

A titre d’information, le QE, ou Quantitative Easing, a été lancé pour venir en aide aux Etats de l’Union, après la crise. A la fois ambitieux et inédit, il a fait de nombreux détracteurs mais également, un grand nombre de partisans.

En Allemagne, certains experts ont accusé la BCE de soutenir un peu trop les Etats fortement endettés tandis que d’autres, ont défendu les rachats de dettes puisque selon eux, ils ont permis de limiter grandement les effets de la crise.

Les bienfaits et les méfaits du Quantitative Easing

Si le Quantitative Easing a été adopté, c’était en grande partie pour favoriser la reprise de la croissance dans l’Union, après la crise de la fin des années 2000. En effet, il a permis de baisser considérablement les taux auxquels les Etats empruntent.

Cette baisse des taux a soulagé les Etats fragiles et a permis de solidifier efficacement la zone euro, face aux risques entrainés par certains événements, tels que le Brexit.

Côté méfaits, le QE a incité des prises de risques exceptionnelles sur certains marchés. En s’appuyant sur les aides, de nombreux acteurs se sont fortement exposés aux dangers des marchés.

Il est important de noter que, l’impact du dispositif sur l’inflation est encore peu évident à déterminer. Pour les détracteurs, tels que Mario Draghi, le QE serait à l’origine de l’inflation observée dans certains Etats, depuis 2016.

Leave A Comment